Quelle est donc cette prose...?

21 juin 2013

Bonjour et Bienvenue!

Voilà, bienvenue dans mon petit boudoir littéraire.

Le concept est simple: je lis, et je vous donne mon avis.

Et, histoire de vous impliquer, chers lecteurs, dans ce processus passionnant, je vous propose de proposer. Oui oui! Proposez moi des lectures, vos auteurs, et je les lirais!

Je ne peux pas vous promettre d'être toujours gentille, bien au contraire.

Je ne suis pas une spécialiste, malgré mon amour de la littérature et mes études plutôt littéraires.

Je suis juste une passionnée, une amoureuse à la Austen.

Sauf que là, on parle de papier et pas d'homme

(quoi que j'aime terriblement les hommes aussi... )

Posté par BulleDeVitriol à 13:49 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commençons vite, commençons bien...

...par un petit coup de vitriol.

(Attention, cet article est déconseillé aux personnes mineures et/ou sensibles)

 

Je ne fais généralement pas confiance aux vagues d'engouement. A la mode, comme on dit. Surtout en matière de livres.

Eh ben mes dernières lectures m'ont donné raison.

Après avoir vaillamment lutté contre la folie "Fifty Shades", on m'a filé une version e-book.

Et je l'ai lue.

 

(Re-attention, il y aura des spoilers!)

 

 

                                  50_nua11

 

 

Commençons donc par le premier Tome: Cinquante Nuances de Grey

 

Le pitch est relativement simple: une jeune femme, Ana Steele, est un peu cruche, maladroite, n'a aucune confiance en elle et est...vierge. Lors d'un (mal?)heureux concours de circonstances, elle se retrouve face à Christian Grey, bombe sexuelle interstellaire de 27 ans, brillant , et incroyablement riche.

Sauf que...son truc, à lui,  c'est d'attacher, de fouetter, de fesser, de sodomiser, de cravacher. Ouch!!

Il va donc lui faire la cour, à sa manière: à l'aide d'un contrat Dominant/Soumise.

 

Voilà. C'est simple et efficace.

 

L'écriture est pour le moins simple, fluide et se lit très vite (j'ai mis quelques heures à peine à le lire). Quelques gros défaults d'écriture, quand même. Les tics de langage d'Ana sont trop exagérés (Elle passe son temps à dire "Oh" et "Putain"...c'est agaçaaaaannnt!!!! ), des répétitions lexicales tout le long, et une pauvreté d'écriture assez affligeante parfois...mais pas tout le temps. Le résultat est un bouquin globalement agréable à lire.

 

Passons au sujt prinicpal: le Sexe (Avec une majuscule, s'il vous plait !)

Ben c'est chiant, le sexe, dans 50 shades of Grey. Nan, franchement. Je me doutais bien que ce serait moins folichon qu'annoncé, mais là !

Il y en a toutes les trois pages (Merde, quoi! Un peu de suspense et de tension sexuelle, par pitié !!) et ces scènes sont quasiment toujours sur le même shéma ( Tripotage, pénétration digitale, "pilonnage" , orgasme. Avec, parfois, fellation, cunni et, deux ou trois fois, un peu de vague fessage.) Oui, vous m'avez bien lue. Deux ou trois fois. C'est le SUJET du bouquin ! Le SM ! On attends désespérement un peu de violence, un peu de bondage (il y en a attention: il lui attache les mains avec sa cravate...mais là, je parle de vrai bondage. Un truc décadent et pervers, quoi !), un peu d'originalité, quoi !


En bref, pour ce tome, un truc sympa à lire mais pas bien fifou.

 

 

 

Ensuite, le tome 2: Cinquante Nuances plus Sombres

 

Je vous le donne dans le mile: C'est pareil, en pire. Après avoir carrément planté leur idée de contrat BDSM et rompu suite à un fouetage que Mamzelle Ana ne supporte pas, Msieur Christian débarque et reconquiert sa dulcinée...pour une relation amoureuse avec supplément picotage de derrière en temps de folie. Boooooorrring!

Rien de nouveau sur l'écriture, encore un peu plus de Oh! et de Putain!, un peu moins de fun, et un max de romantisme dégoulinant (j'ai rien contre, mais pas là, quoi!).


SPOILER:

Et puis, le mariage au bout d'un mois de relation où ils passent juste leur temps à baiser et à s'engueuler, merci mais bon, c'est vraiment, vraiment pas crédible. Bon, en même temps, une nana vierge de 21 piges qui accepte que son premier amant soit un mec BDSM qui ne rêve que de la frapper et qui lui dit, au moment d'observer le fameux contrat Dominant/Soumise dont je vous parlais, qu'il "tient vraiment à [l']enculer", c'est pas forcément très très crédible non plus, vous avouerez.

 

Sans transition, le tome 3...

 

...que je n'ai même pas terminé.

Oui, vous m'avez bien lue. Je ne l'ai même pas fini!

C'est pire que tout. Chiant, long, bourré de "Putain!" à chaque phrase, répétitif, cousu de fils blancs, on connait la fin dès le premier chapitre. Atroce.


Et le dernier chapitre (oui j'ai lu le dernier chapitre), nous contant la rencontre du point de vue de Monsieur "owi viens que je te claque le popocul' est d'une vulgarité incroyable. Le perso, malgré sa perversion, est attachant, distingué, très boudoir en velours. Là, il est présenté comme un gros pervers dégueulasse, vulgaire, à vomir.

 

 

Vous avez remarqué la façon dont mes commentaires s'amenuisent à mesure que j'avance, je suppose. Eh bien ce n'est même pas par flemme. C'est parce qu'il n'y a rien de plus à dire.

 

En résumé, lisez les seulement si vous n'êtes habitué ni à la belle litératture ni à la littérature érotique, et si vous voulez passez votre dimanche aprem sans vous prendre la tête, avec un truc simple, qui comblera quelques heures que vous voulez désespérément ne pas voir passer...quoi que je ne puisse pas vous promettre de ne pas les voir passer, ces heures, surtout avec les deux derniers tomes.

 

 

 

 

 

Posté par BulleDeVitriol à 16:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 août 2013

For the love of Pete, ou l'amour homosexuel face au reste du monde.

Je sais, je sais, je suis carrément à la bourre. Que voulez vous, je suis une procrastineuse olympique.

Mais je reviens avec une demande faite par un de mes proches amis, Tony. Lire et commenter Pour l'amour de Pete.

 

drapeau-gay-au-vent

 

Cette trilogie nous conte l'histoire de Pete et de Brian, deux jeunes hommes pré-pubères qui découvrent tout à la fois leur homosexualité, l'amour et les difficultés liées au fait d'être gay dans un monde tout sauf près pour ça (BOOM ! Combo !).
Ils ont 12 et 13 ans, et, suite à l'annonce  de leur homosexualité, ils vont devoir faire face au rejet, à la violence, à la souffrance, à la distance...beaucoup de trucs en -ance, quoi.

Le père de Pete, déjà un peu limite avant, pète les plombs en apprenant que son fils est gay et devient très très violent. Les deux jeunes s'enfuient pour quelques heures et trouvent, à leur retour chez les parents de Brian, la mère de Pete, qui a quitté son mari, ne supportant plus son comportement. Malgré le soutien des parents de Brian et le Danny, le policier gay de la ville, Brenda, le mère de Pete, fini par rejeter la faute sur Brian, et emmène Pete loin de leur ville, et de leur vie. S'ensuit une douloureuse dépression pour Brian, dont on suit principalement le point de vue dans ce premier tome.

Puis, suite à de nombreux rebondissements, les deux jeunes finissent par se retrouver grâce à la nouvelle famille d'accueil de Pete (eh oui, retournement de situation !! Mouaha ! Z'avez qu'à lire le bouquin pour tout savoir !) et les parents de Brian projettent de déménager dans la ville de ladite famille d'accueil, afin de permettre aux deux amoureux de rester ensemble.

Le reste...ben c'est dans le bouquin.

 

Voilà pour le pitch. Passons au bouquin en lui même.

 

Tout d'abord, la traduction, bien que particulièrement honorable, n'est pas parfaite. Pour ceux qui lisent l'anglais, je conseille donc la V.O.

Pour le reste...j'ai été plutôt déçue. Bien que le thème soit vraiment intéressant et touchant, les évènements sont assez peu réalistes et enlèvent à ce roman ce qu'il a d'un témoignage, d'un constat de société. J'ai du mal à imaginer des parents déménageant loin de chez eux, déracinant leur fille (oui, Brian à une petite soeur, désolée, avais omit ce détail) pour permettre à leur fils de 15 piges -qui s'est conduit comme un petit con, soit dit en passant- (Ouups, spoiler !) de retrouver son amoureux. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. De même, j'ai un peu de mal avec la façon dont les personnages sont décrits. De gamins normaux, l'auteur (Dewey...aucune info précise...dès que j'en ai, je vous dirais !) en a fait la caricature d'eux même, et, malheureusement, d'un certain cliché de la société : le gay-fontaine, ou le mec TELLEMENT sensible qu'on lui dit bonjour, il pleure. En plus de ça, y a quand même certains clichés...mais,  globalement, sur la forme, c'est sympathique, fluide bien qu'un peu longuet parfois, on s'attache à certains personnage, puis ça change...

Globalement, et pour terminer, c'est une série touchante, sur un sujet important, mais qui vise tout de même peut-être plus jeune, plus romantique (au sens littéraire du terme, avec ce que ça comporte de drame et d'emphase) ou simplement plus romanesque.

 

Bon, allez, parce que je suis quand même vachement sympa (et belle, intelligente, modeste...), je vous donne même le lien où vous pouvez trouver la traduction des deux premiers tomes : http://pourlamourdepete.free.fr/

Et pis la V.O: http://www.deweywriter.com/chapters/dewey-dir.htm

 

Posté par BulleDeVitriol à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2013

La femme parfaite est une connasse

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, je vous ouvre les portes du monde secret et méconnu des femmes avec La femme parfaite est une connasse, par les soeurs Girard.

la-femme-parfaite-est-une-conasse

 

Bon, OK, ptet que ce bouquin n'ouvre pas taaaaant de portes que ça, mais quand même !

Ce petit Guide, écrit par deux jumelles canons, drôles, succesfull... (des connasses*, quoi !), est sensé nous présenter le pourquoi et le comment de "on ne devrait jamais complexer, regretter ou s'apitoyer sur notre sort de femmes normales".

Bon. S'il y avait une botte magique qui nous ferait nous sentir Déesses en un claquement de doigts, ça se saurait. MAIS, tout de même, ce petit bouquin m'a drôlement fait sourire, voire rire, même !

Eh ouais, quand même !

 

Plein de sujets, de petites anectodes, de trucs qui nous font penser à nous, des histoires dans lesquelles on se retrouve trait pour trait, d'autres aussi, qui nous sont totalement inconnues. C'est clair, on est bien des nana normales.

Bon, je me suis aussi quand même vachement retrouvée du côté des connasses* aussi...mais si on peut plus faire ses nems soi-même...(clin d'oeil au livre, qu'il vous faudra lire pour avoir la référence ! Cet appel au consumérisme littéraire...) !

On nous apprend, entre autres, à identifier les chagasses, à appliquer la théorie de Scarlett Johanson (belle conasse*, celle-ci, aussi !), ou à se débrouiller pour que le pot de départ de notre collègue Michel  ne nous coûte rien OU 5 euros.

Pas mal de trucs utiles, qu'on aurait aimé savoir plus tôt, on est d'accord.

 

Ce livre se lit vite et bien, et c'est parfait. On veut pouvoir piocher dedans ou tout dévorer (145 pages, grosso-modo) sans que ça ne devienne lourd et indigeste, et ça marche !

C'est plein de clichés, plein de caricatures, ça ne fera avancer ni la cause féminine, ni la compréhension des hommes, mais c'est pas grave. C'est ce que j'appelle un "bouquin de coupine" : un livre qu'on aurait pû écrire avec une amie, lors d'un aprem à rigoler, c'est fun. Voilà !

Donc, en gros, je vous le conseille !! L'est petit, l'est pas cher, l'est parfait à lire cet hiver !

 

 

J'en profite pour remercier Audrey, qui me l'a prêté ! Amour, tendresse et chocolat à elle !

 

*Quand j'écrit "connasse", il n'a là qu'une valeur humoristique, pas une valeur insultante ou dégradante. (On sait jamais, si un fan de Scarlett Johanson passait par là...)

Posté par BulleDeVitriol à 01:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Dernière Âme

Vous vous rendez compte ?! DEUX articles en UNE journée !!! 

Il se passe de drôles de choses dans mon moi intérieur !

 

Et je vous reviens avec le premier livre de Sandra Lehner : La Dernière Âme.

 

COVER_EBOOK_La-dernière-âme_600x800

 

 

Tout d'abord, par souci d'honnêteté, je dois vous dire que je connais Sandra. Nous avons discuté plusieurs fois, grâce à des amis communs.

Mais je tiens à dire que je n'écris pas cette critique aujourd'hui parce qu'elle l'aurait demandé ou quoi que ce soit dans le genre. Et que je suis encore moins payée pour le faire.

Je pense juste que si des gens peuvent être intéressés par son livre, ou si je peux la faire connaître un peu, pourquoi ne pas le faire ?!

 

 

Rentrons maintenant dans le vif du sujet !

Sandra nous livre un premier roman ambitieux, au sujet complexe :

En 2066, un scientifique américain à trouvé le moyen de réaliser une greffe de cerveau, ce qui va révolutionner le monde. Mais, en Italie, un ragazzo (un garçon...pardon, j'apprends l'italien, alors j'en profite pour mobiliser les deux mots de vocabulaire que je connais ! D'ailleurs : Io sono una donna, e il mio nome è BollaDaVetriolo ! Voilà !  Tout le monde s'en fout, mais c'est pas grave, il y aura une trace du fait qu'un jour, j'ai sû me présenter en italien et dire que je suis une femme !)...donc, un jeune garçon, réincarnation de Jésus-Christ, sait que cette opération ruinera le monde : en faisant ça, le médecin prend la place de Dieu. Et celui-ci n'aime pas trop l'idée, et décide qu'il suspendra le voyage des âmes, si cette opération est menée. Du coup, plus d'âme sur terre, chaos et apocalyspe dans nos faces. Le gamin, donc, va tenter par tous les moyens d'empêcher cette opération, afin de sauver la Terre.

Voilà ! Poum, dans nos tronches !

 

Passons à l'analyse du bouquin en lui même :

Comme je l'ai dit, c'est un premier roman. Et, très logiquement, il n'est pas parfait. Il y a des difficultés d'écriture, quelques lourdeurs, voire même quelques coquilles.  Mais franchement, c'est très respectable !! (Et il faut dire que je suis particulièrement chiante...)

Au niveau du fond, le sujet est intéressant, et, comme je le disais, ambitieux.

Je dois vous avouer que j'ai quelques souci avec la considération religieuse, quelque soit la religion, dans un roman. Je suis rapidement gênée par trop de religion. Alors sur ce coup là, j'ai été servie...Mais, honnêtement, ça n'est qu'un point de vue personnel, et je pense que ça n'entâche pas le travail de Sandra. Loin de là. Le sujet de l'orgueil de l'Homme, de sa volonté de domination de la nature et de ses pairs, est universel et on ne peut plus actuel...

 

 

En bref, le livre n'est pas parfait, il ne conviendra peut-être pas aux allergiques de la religion (mais, je l'ai dit, j'en suis une et j'ai quand même pris plaisir à le lire, hein !), il y a  quelques défauts stylistiques, mais franchement, c'est un bon premier bouquin...et j'ai hâte de lire la suite !!

La Dernière Âme de Sandra Lehner est disponible sur Amazon .

 

Bon, alors, d'autres oeuvres à me proposer ?? Et si je vous donnais aussi des critiques moins littéraires ? J'ai récemment lu Le yoga pour les nuls...:D

 

 

 

 

 

Posté par BulleDeVitriol à 23:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]